Image

Organizations stand in solidarity with Fundación Pachamama

Click Versión en español abajo / Version française ci-dessous)

Express your organization’s solidarity with Fundación Pachamama! This is a letter circulating for organizations / institutions/ federations, etc. to sign onto.

Please sign for your organization as soon as possible (we will publish once we have a critical mass of sign-ons) via the Google Form, found at: http://tinyurl.com/m89t835. Or you can send a message to pat@pachamama.org with the following information:  Organization name, Organization country, Contact name, Contact e-mail address. We will publish once we have a critical mass of sign-ons.

Separate from this request for organizations, individuals can sign the Avaaz petition.

We Stand in Solidarity with Fundación Pachamama in Ecuador

The below listed organizations, both Ecuadorian and international, would like to make the following statement to the broader public, our political representatives, and the media:

On the morning of December 4th, 2013, the Quito-based headquarters of the internationally recognized organization Fundación Pachamama were raided and closed down by police agents, who presented a resolution of the Ecuadorian Ministry of Environment dissolving the organization.

We agree with Fundación Pachamama’s position that this dissolution is an arbitrary act, looking to repress the organization’s legitimate right to dissent against the national government’s decision to hand over the territories of Amazonian indigenous peoples via concessions to oil companies, without respecting those peoples’ constitutional rights, in particular their right to free, prior, and informed consent, in agreement with international human rights law.

Fundación Pachamama’s position has always been based in the defense of human rights and the rights of nature, all of this carried out in actions within the rule of law. For the last sixteen years they have offered solidarity and assistance to the indigenous organizations that legitimately represent the ancestral peoples of the Amazon.

As a matter of principle and institutional nature, Fundación Pachamama rejects any violent actions coming from any sector. In our experience, the Foundation has never supported or much less participated in violent actions. Such violence cannot be imputed upon them for acts they did not commit.

Given their work in defense of rights, they have been publicly and viciously attacked by those who hold political power in Ecuador, accusations that have been broadly disseminated through state-run media. We view this as violent, in addition to hastily dissolving an organization, without any legal justification, without a due process that would guarantee legitimate defense.

Responding to this aggression, we express our support for the Fundación Pachamama while they:

1. Don’t renounce their right to defend rights; and

2. Challenge the government’s decision through all the legal means at their disposal.

We will continue supporting Fundación Pachamama while they guarantee that this aggression, to which they are victims, doesn’t distract attention and debate from the core issue which is the violation of Amazonian indigenous peoples’ collective rights and the rights of nature, by means of an oil tender carried out against the will of the legitimate property holders of the affected territories, through a ‘socialization process’, not a real consultation.

It’s time to reinstate Fundación Pachamama and end the repression against civil society and indigenous peoples in Ecuador.

(Organizational signatures, organized by country)

Versión en español

Expresar la solidaridad de su organización con la Fundación Pachamama! Esto es un pronunciamiento para adhesiones institucionales (de organizaciones, federaciones, etc). Favor entregar la información lo más pronto posible (publicaremos la carta cuando tengamos una masa crítica de adhesiones) a través del Google Form que hemos establecido en el siguiente link: http://tinyurl.com/m89t835. O se puede enviar un mensaje a pat@pachamama.org con la siguiente información: Nombre de Organización, País de Organización, Nombre de Contacto, Correo-e de Contacto.

Individuos pueden firmar la petición de Avaaz.

Nos Solidarizamos con la Fundación Pachamama en Ecuador

Las organizaciones Ecuatorianas e Internacionales abajo adheridas manifestamos lo siguiente a la opinión pública, nuestros representantes políticos, y los medios de comunicación:

En la mañana del miércoles 04 de diciembre de 2013, en las oficinas de la organización internacionalmente reconocida Fundación Pachamama en la ciudad de Quito, Ecuador se presentaron funcionarios de la Policía y procedieron a clausurar las instalaciones a la vez que se les dejaban una resolución del Ministerio de Ambiente por la que se disuelve la organización.

Coincidimos con la postura de Fundación Pachamama que dicha disolución es un acto arbitrario que busca reprimir su legítimo derecho a disentir de la decisión del Gobierno Nacional de entregar en concesión territorios de las nacionalidades indígenas amazónicas a empresas petroleras, sin respetar sus derechos constitucionales, especialmente a la consulta libre, previa e informada, de acuerdo a los estándares del Derecho Internacional de los Derechos Humanos.

La posición de la Fundación Pachamama siempre se ha fundamentado en el ejercicio de la defensa de los derechos humanos y de la naturaleza y se ha concretado en acciones enmarcadas en el estado de derecho. Desde hace dieciséis años ellos han ofrecido un apoyo solidario a las organizaciones indígenas que legítimamente representan a los pueblos ancestrales de la Amazonía.

Por principio y naturaleza institucional, la Fundación Pachamama rechaza las manifestaciones violentas que provengan de cualquier sector. En nuestra experiencia, desde la Fundación Pachamama nunca han apoyado ni participado en ningún acto violento. No se les puede imputar actos en los que no han participado.

Por su trabajo en defensa de los derechos han sido agredidos pública y violentamente mediante expresiones de quien detenta el poder político, difundidas ampliamente por los medios de comunicación bajo control del gobierno. Eso es violencia, además de disolver a una organización intempestivamente, sin causa legal alguna, sin un debido proceso que garantice la legítima defensa.

Frente a esta agresión, manifestamos nuestro respaldo a Fundación Pachamama mientras ellos:

1. No renuncian a su derecho a defender los derechos; y

2. Impugnarán la decisión por todos los medios legales a su alcance.

Apoyaremos a Fundación Pachamama mientras ellos trabajan para que la agresión de que son víctima, no desvíe la atención y el debate del tema de fondo que es la violación de los derechos colectivos de los pueblos indígenas amazónicos y de los derechos de la Naturaleza, por una ronda petrolera realizada contra la voluntad de los legítimos propietarios de los territorios afectados, a través de una “socialización”, no una consulta.

Es momento de reinstituir a Fundación Pachamama y acabar con la represión contra sociedad civil y pueblos indígenas en Ecuador.

(adhesiones institucionales, organizadas por país)

Version française

Manifestez la solidarité de votre organisation avec la Fondation Pachamama ! La lettre qui suit a été mise en circulation pour toutes les organisations/institutions/fédérations, etc. qui souhaiteraient la signer. S’il vous plait faites le aussi vite que possible (nous la publierons une fois que nous aurons atteint un nombre significatif de signataires) à l’aide du Google Form, que vous trouverez à l’adresse : http://tinyurl.com/m89t835. Vous pouvez aussi envoyer un message à pat@pachamama.org comprenant les informations suivantes : Nom de l’organisation, pays de l’Organisation, nom du Contact, adresse e-mail du Contact. Les individus peuvent signer la pétition Avaaz.

Nous sommes solidaires avec la Fondation Pachamama en Equateur.

Les organisations citées ci-dessous, équatoriennes et internationales, souhaitent délivrer le message suivant au public, à nos représentants politiques et aux médias :

Le 4 décembre 2013 au matin, le siège de l’organisation internationalement reconnue Fondation Pachamama a été victime d’une descente de la police qui a fermé les locaux, et utilisé un ordre de dissolution de l’organisation en provenance du ministère équatorien de l’environnement.

Nous soutenons la position de la Fondation Pachamama, qui déclare cette dissolution arbitraire, et dans l’optique de réprimer le droit légitime de l’organisation à être en désaccord avec les décisions du gouvernement, et en particulier celle de remettre à l’aide de concessions les terres des populations indigènes d’Amazonie à des entreprises pétrolières, sans respecter les droits constitutionnels de ces peuples, en particulier leur droit à un consentement libre, préalable et éclairé, en accord avec le droit international des droits de l’Homme.

La Fondation Pachamama a toujours fondé sa position sur la défense des droits humains et des droits de la nature, tout cela s’exprimant sous la forme d’actions respectant l’Etat de droit. Au cours des seize dernières années ils ont offert solidarité et assistance à des organisations indigènes dotées de la légitimité de représenter les populations ancestrales de l’Amazonie.

A la fois par question de principe et de par sa nature institutionnelle, la Fondation Pachamama rejette toute action violente. D’après notre expérience, la Fondation n’a jamais soutenu et encore moins participé à la moindre action violente. Une telle violence ne peut leur être imputé pour des actes qu’ils n’ont pas commis.

En raison de leur travail de défense des droits, ils ont été publiquement et injustement attaqués par ceux qui détiennent le pouvoir politique en Equateur, des accusations qui ont été largement diffusées à l’aide de médias détenus par l’Etat. Nous considérons qu’il s’agit de violence, à laquelle s’ajoute la dissolution à la hâte d’une organisation, sans aucune justification juridique, et en l’absence d’une procédure régulière qui aurait permis à l’organisation d’exercer la légitime défense.

En réponse à cette agression, nous exprimons notre soutien à la Fondation Pachamama alors qu’ils :

  1. Ne renoncent pas à leur droit de défendre les droits ; et
  2. Contestent la décision du gouvernement à l’aide de tous les moyens judiciaires dont ils disposent.

Nous continuerons de soutenir la Fondation Pachamama tout nous assurant que cette agression dont ils sont victimes ne détourne pas l’attention et le débat du problème central que représente la violation des droits collectifs des populations indigènes de l’Amazonie et les droits de la nature, au travers d’un appel d’offre pour le pétrole, mené contre la volonté des détenteurs légitimes de ces territoires affectés et malgré un « processus de socialisation » qui n’est en aucun cas une véritable consultation.

Nous soutenons la position de la Fondation Pachamama, qui déclare cette dissolution arbitraire, et dans l’optique de réprimer le droit légitime de l’organisation à être en désaccord avec les décisions du gouvernement, et en particulier celle de remettre à l’aide de concessions les terres des populations indigènes d’Amazonie à des entreprises pétrolières, sans respecter les droits constitutionnels de ces peuples, en particulier leur droit à un consentement libre, préalable et éclairé, en accord avec le droit international des droits de l’Homme.

La Fondation Pachamama a toujours fondé sa position sur la défense des droits humains et des droits de la nature, tout cela s’exprimant sous la forme d’actions respectant l’Etat de droit. Au cours des seize dernières années ils ont offert solidarité et assistance à des organisations indigènes dotées de la légitimité de représenter les populations ancestrales de l’Amazonie.

A la fois par question de principe et de par sa nature institutionnelle, la Fondation Pachamama rejette toute action violente. D’après notre expérience, la Fondation n’a jamais soutenu et encore moins participé à la moindre action violente. Une telle violence ne peut leur être imputé pour des actes qu’ils n’ont pas commis.

En raison de leur travail de défense des droits, ils ont été publiquement et injustement attaqués par ceux qui détiennent le pouvoir politique en Equateur, des accusations qui ont été largement diffusées à l’aide de médias détenus par l’Etat. Nous considérons qu’il s’agit de violence, à laquelle s’ajoute la dissolution à la hâte d’une organisation, sans aucune justification juridique, et en l’absence d’une procédure régulière qui aurait permis à l’organisation d’exercer la légitime défense.

En réponse à cette agression, nous exprimons notre soutien à la Fondation Pachamama alors qu’ils :

  1. Ne renoncent pas à leur droit de défendre les droits ; et
  2. Contestent la décision du gouvernement à l’aide de tous les moyens judiciaires dont ils disposent.

Nous continuerons de soutenir la Fondation Pachamama tout nous assurant que cette agression dont ils sont victimes ne détourne pas l’attention et le débat du problème central que représente la violation des droits collectifs des populations indigènes de l’Amazonie et les droits de la nature, au travers d’un appel d’offre pour le pétrole, mené contre la volonté des détenteurs légitimes de ces territoires affectés et malgré un « processus de socialisation » qui n’est en aucun cas une véritable consultation.

Il est grand temps de rétablir la Fondation Pachamama et de mettre un terme à la répression qui sévit en Equateur contre la société civile et les populations indigènes.

(Signature de l’Organisation, triées par pays)